Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 octobre 2011 5 07 /10 /octobre /2011 17:36

TEXTE EN VERSION PDF

Certaines loges nous interrogent pour obtenir des précisions pratiques. C'est à partir de leur questionnement que nous avons rédigé la présente réponse.

La loge souveraine

Dans la loge souveraine, (= qui existe en toutes hypothèses avant, sa « constitution » sous l’obédience de …) c’est la communauté des Maître Maçons qui prend toutes les décisions dans le respect des Landmarks traditionnels de la maçonnerie initiatique. Le VM et les officiers ne sont que les animateurs, que la communauté se donne à elle-même.
La notion de VM, « chef de l’ordre » est une mystification inventée en même temps que la confusion de l’obédience avec l’ « ordre », par les usurpateurs de 1997, pour flatter l’ego des VM devenus, dans le nouveau système, non pas les animateurs de leur loge, mais les mandataires du GM à travers toute la hiérarchie descendante.

(Le VM se voit attribuer dans ce système d’association de membres individuels, l’honneur d’être chef de l’ordre parce qu’il aurait l’honneur de commander par délégation du GM, la section administrative locale des Maître Maçons de l’obédience appelée « loge ». Il est dans la GLNF actuelle, un sous-officier, un simple exécutant, tant au plan administratif que maçonnique)

Dans le système 1997, la loge (purement administrative) ne s’appartient pas, elle ne possède qu’une vague autonomie de fonctionnement par délégation et sous tutelle stricte de la hiérarchie de l’association. Cette autonomie peut lui être retirée à tout instant et les décisions prises sont soumises à l’approbation formelle ou tacite de la hiérarchie. (C’est ainsi que lors de la dernière AG de la GLNF, il était indiqué par Pisan - par l’intermédiaire des OOPP - que le VM pouvait décider seul du vote de la loge à l’assemblée générale, sans avoir à tenir compte ou même à demander l’avis de la loge. Cette attitude est conforme aux statuts actuels (post 97), mais fondamentalement contre initiatique car, contraire au Landmark de la souveraineté des Loges)

La réappropriation de la souveraineté de la Loge passe donc par la réappropriation de la loge par ses MM maçons réunis, non pas dans l’arbitraire d’un groupe quelconque, mais dans la communauté des Maçons initiés travaillant en conformité avec les Landmarks de la maçonnerie initiatique.

La réappropriation de la souveraineté de la Loge selon les statuts de 1986 passe elle, plus précisément par le respect des règles de fonctionnement de la maçonnerie traditionnelle, tel qu’il est défini par les "Constitution et le Règlement général de la GLNF de 1986".

On y trouve les principes fondamentaux auxquels les Loges Constituées selon ces statuts, doivent strictement se conformer, (Constitution) et les règles de fonctionnement (capitulaires = interface entre le maçonnique, (organisation spirituelle) et l’administratif  (organisation matérielle) compatibles avec la démarche spirituelle mise en œuvre (Règlement général). On trouve également dans ce Règlement général, les règles de fonctionnement de la Grande Loge (fédération de loges et non pas adhésion directe des membres) et de la Grande loge provinciale (règles protocolaires et non pas « pouvoir » hiérarchique) Ainsi, par exemple, les salutations des Grands officiers nationaux ou provinciaux, sont prévues protocolairement pour les seules tenues de Grande loge.

Adopter la déclaration :

Les MM se réunissent normalement à la demande du VM, mais, si celui-ci se considère comme un « chef de l’ordre » soumis aux ordres de sa hiérarchie et donc refuse, alors rien n’empêche les MM souverains de se réunir spontanément (à l’initiative de préférence, d’anciens VM mais pas obligatoirement).

Ayant appelé tous les membres à participer à l’assemblée des Maîtres, ils se réunissent et adoptent la déclaration (voir modèle) d’indépendance vis à vis de la gouvernance actuelle et de réappropriation immédiate de la souveraineté sous l’obédience 1986 (Y compris - voir dernier article paru - pour les Loges postérieures à 1997).

La majorité simple suffit, mais il est évident qu’une majorité renforcée est toujours préférable.

A partir de la déclaration :

Si certains membres minoritaires n’acceptent pas de s’incliner, il y aura scission. Ils feront ce qu’ils voudront.

Pour votre part, conservez votre Charte (ou plus précisément, votre n° d’inscription sur le registre des Loges, constitué depuis l’origine de la GLNF et dont les usurpateurs de 1997 se sont emparés).

Pour ce qui est de la Charte papier, sachez que ce n’est qu’un simple « instrumentum », une « représentation matérielle » de la charte de constitution. Ne vous battez pas pour elle. Faîtes en, un duplicata pour le cas où l’on vous la volerait.

La Loge ayant toujours été, comme Loge de MM maçons, la propriété des maçons qui l’ont créé et de leurs successeurs, conservez donc la charte et le matériel de la loge.

Si, l’obédience post 1997, vous réclame la charte et le matériel de la loge, refusez de les donner. Et s’ils revendiquent plus fortement, vous leur demanderez selon quelle légitimité ils prétendent revendiquer la charte et le matériel de votre loge souveraine (juridiquement association déclarée ou non déclarée, de la loi 1901 - A vous d’apprécier, au cas où cela irait plus loin, si vous estimez opportun  « de vous battre » ou d’abandonner  la charte papier dont vous aurez un duplicata.

Pour ce qui concerne les locaux de réunion de la loge, il va de soi qu’en l’état des situations disparates actuelles, tout dépend de la structure juridique qui gère ces locaux. Si cette dernière dépend de l’association GLNF actuelle, il vous est impossible, en pratique, d’imposer votre présence. (La cohabitation serait invivable, même si vous possédiez un véritable contrat de location, ce qui très certainement n’est pas le cas)

Si les locaux sont gérés selon une gestion indépendante, l’organisme loueur devrait avoir à cœur de faire cohabiter les Loges. Il est en effet de l’intérêt commun que le financement continue à être assuré, l’organisation loueuse n’ayant aucun intérêt à se mêler des querelles de légitimité obédientielle.

Pour ce qui est de la vie de la Loge, cette dernière continue comme auparavant, avec cette différence, de taille, qui est que vous ne dépendez plus en rien, de l’obédience usurpatrice GLNF97 (ou 2009, date des statuts actuels de l’usurpatrice) ;

Car, par votre déclaration, c’est vous qui l’avez répudiée, comme il se doit, pour toute association usurpatrice, illégitime et contre initiatrice.

 

Cela signifie que, vous n’avez plus aucun compte à lui rendre et qu’elle n’a aucun droit sur vous.

 

Conformément aux statuts de la GLNF86, vous devez continuer à tenir scrupuleusement tous les registre d’entrées et d’avancement des frères, ainsi que les livres de compte de la Loge et les faire contrôler et approuver par la Loge lors de la cérémonie d’installation. (Rôle capital du secrétaire (= mémoire de la loge) et du trésorier (= vie matérielle de la loge)

Pour les initiations, avancements et autres cérémonies, conformez-vous aux statuts de 1986 et aux usages des rites. (Attention, mettez ces registres de côté à l’abri de la province et de ses sbires, car eux aussi comme les chartes, ont tendance à disparaître mystérieusement)

Pour l’installation, conformez-vous au rite pour installer le VM dans la continuité du VM sortant et conformez-vous aux statuts de 1986, quant à son élection.

Si, comme cela arrive parfois, votre VM élu est timide et très soumis à la pression de la province, au point de ne pas approuver votre déclaration de souveraineté et de se retrouver après scission à l’extérieur de la loge souveraine : tirez les conséquences de cette situation et élisez dans les formes un nouveau VM qui constituera son collège d’officiers. (Dans l’esprit de la loge souveraine, bien évidemment !)

Bien évidemment aussi, cette installation aura lieu hors de toute présence officielle (es qualité), d’officiers provinciaux ou nationaux de la structure actuelle.

Si des FF extérieurs vous visitent, y compris des officiers de la structure GLNF actuelle, lors de l’installation ou en tenue ordinaire, ils seront les bienvenus s’ils acceptent de partager les travaux de la Loge aux conditions de la Loge, c’est-à-dire, hors de toute présence officielle de la structure GLNF actuelle, sinon, interdisez-leur l’entrée de la Loge et mettez-les à la porte des locaux.

Il va de soi que vous devez installer souverainement, sans autorisation préalable de la GLNF actuelle, et sans que les comptes soient visés par cette hiérarchie que, comme loge souveraine, vous avez répudiée.
Et si l’on tente de vous impressionner en vous disant que vous vous mettez en dehors de la GLNF, dites leur bien que la véritable GLNF, continuatrice des statuts des fondateurs, c’est vous.

Quant à eux, dites leur bien que même s’ils se sont emparés illégitimement du sigle de la GLNF, ils ne seront jamais les continuateurs de la GLN des fondateurs.

Ils sont des usurpateurs !

(Vous constaterez très vite que les officiers provinciaux ne vous étaient d’aucune utilité, leur attitude permanente consistant à laisser croire que sans eux les Loges ne sauraient fonctionner. A y regarder de plus près vous constaterez combien leur activité consistait quasi exclusivement à multiplier les ukases financiers et administratif de l’obédience, ajoutant des contraintes inutiles à la Loge, au détriment du véritable travail initiatique)

Pour les tenues ordinaires, au moment des correspondances, vous énoncerez les tenues des Loges amies et la bienvenue des nouvelles Loges 1986, etc.…

Les éventuelles mesures de rétorsion

Quelles sanctions l’obédience actuelle peut-elle prendre contre votre Loge souveraine ? Aucune!
La suspendre, comme pour la Perle de Lumière ?

A supposer qu’elle en ait la possibilité selon les statuts actuels de 2009, ce qui n’est pas le cas, qu’avez vous à craindre de leur suspension puisque c’est vous qui, par votre déclaration de souveraineté les avez « suspendus », EUX.

N’oubliez jamais, qu’en créant leur association de personnes individuelles pour confisquer les pouvoirs de l’obédience GLNF 86, la GLNF post 1997 ne regroupe plus des loges, à qui elle pourrait retirer leur « constitution », mais uniquement des individus maçons.

Ce sont uniquement les individus maçons que vous êtes, qu’elle peut exclure.

Mais dites-moi ! Puisque vous êtes membre de votre Loge GLNF86, elle-même placée dans l’attente de la réappropriation par les Loges souveraines de l’obédience non dissoute GLNF selon ses statuts de 1986, pourquoi voudriez-vous rester membre de l’association GLNF usurpatrice ?

Pour voter à l’assemblée générale qui approuvera les comptes de cette association avec laquelle vous avez coupé les ponts parce qu’elle est illégitime, contre initiatique et en rien continuatrice de la véritable GLNF des fondateurs ? Si cela vous amuse, pourquoi pas ? Mais alors il faudra verser les cotisations uniquement pour voter dans un AG qui ne décidera de rien ? Franchement, cela ne vaut pas le coup.

Certes, direz-vous, mais alors, les locaux, Pisan, la GLUA.

Réfléchissez un instant. Est-ce qu’ils sont utiles pour votre Loge ?

Et puis, croyez-vous qu’ils soient récupérables par une prise du pouvoir en force de l’association GLNF actuelle ?
Évidemment non ! En fait cette prise de gouvernance de la fausse obédience actuelle n’intéresse que les chefs de l’opposition qui veulent rester les chefs !

(Sans compter qu’il n’est pas exclu que plus tard la GLNF86, se pose la question de savoir si elle estime opportun de revendiquer la reconnaissance de la GLUA ou la restitution par la GLNF usurpatrice du patrimoine confisquée sans droit. Mais ce n’est pas vraiment important et surtout, pas vraiment prioritaire.

Informer ou ne pas informer Mme Legrand

Il y a plusieurs mois, la RL la Perle de Lumière avait informé Mme Legrand non pas parce qu’elle considérait devoir se ranger sous la bannière de cette administratrice (Pour quoi faire ?), mais uniquement pour lui faire savoir qu’il y avait en Septimanie, un "GMP" qui croyait avoir le pouvoir de suspendre la Perle de Lumière, alors qu’il n’avait statutairement aucun pouvoir et que de surcroît, la suspension d’une loge dans les statuts 2009 est une mesure administrative relevant de la seule compétence de l’administratrice légale.

La lettre à Me Legrand n’avait en réalité, pas d’autre objectif que d’alerter les FF sur l’arbitraire d’un "GM" provincial qui croyait toujours pouvoir se comporter en administrateur local d’une obédience dont tous les pouvoirs d’administration avaient été confiés à une administratrice légale.

Aujourd’hui cette lettre n’est plus utile.

Ni, aucune lettre d’ailleurs.

Immédiatement

Déclarez votre souveraineté et vivez-la pleinement.

Quelques ajustements sont aujourd’hui nécessaires dans l’attente du rétablissement par les Loges souveraines de l’institution obédientielle dans son ensemble.

Si vous souhaitez faire connaître votre déclaration et vos coordonnées, dates de tenues etc. Le site de Septimanie se fera un plaisir de les publier.

Restez vigilants et en contact, afin de participer aux rencontres informatives, avant l’assemblée générale extraordinaire de réappropriation de l’obédience de la GLNF de tradition que les Loges souveraines selon les statuts non abrogés de 1986 ne manqueront pas d’organiser.

Enfin si vous avez des remarques des objections et des questions, prenez contact avec le site de Septimanie.

Nous sommes à votre disposition à septimaniemyosotis@gmail.com 

 

RAMINAGROBIS

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Raminagrobis
commenter cet article

commentaires

papusien 14/10/2011 13:01


Bonjour,

En fait, il suffit que les Loges par le mandat qu'elles ont confié à leurs VM, empêchent simplement, afin d’éviter le trouble à l'harmonie en leurs seins par quiconque (fussent-ils GM, GMP, et
autres officiers représentants comme n’importe quel autre F troublant l’harmonie de la Loge), leurs présences en Loge.
Il faut que le VM, soit suffisamment éclairé et conscient de son rôle essentiel dans l’harmonie qui doit régner dans sa Loge, pour les choses soient claires. Son maillet représente cette
autorité.
Philippe L.


Paracelse et Raminagrobis 14/10/2011 13:13



Cher et BAF Philippe Heureusement, il y a de nombreux VM qui refusent la présence en Loge des OP et GMP. ils sont conscients que leur devoir est de refuser l'entrée de nos Temples à des
profanes déguisés en Maçons. En Septimanie, seules deux Loges ont vu leur travaux suspendus illégalement: la Perle de lumière et Raymond Lulle, mais de nombreuses refusent désormais l'entrée aux
amis de Stifani et Monsieur d'Estève de Bosch ne peut se permettre de signer de trop nombreuses ordonnances, dont d'ailleurs personne ne tient plus compte. Cela ferait désordre et gâcherait sa
soirée costumée provinciale de novembre. D'autres Loges ont déjà préféré partir sous d'autres cieux.


PS : de nombreux profanes en bleu confondent le maillet avec une massue et l'épée flamboyante avec le poignard du spadassin. Sans doute confondent-ils également les lacs d'Amour avec la corde
pour la pendaison. Et je n'ose parler de la hache qui ouvre la pierre cubique à pointe...
Paracelse


Avant tout, il est nécessaire que les loges reprennent pleinement conscience de leur souveraineté maçonnique (l'initiation est l'affaire de la loge pas de l'obédience) et administrative (la
gestion d'une loge doit être traditionnelle, pour éviter que la gestion ne prenne le pas sur l'initiatique).
Le VM n'est pas le "chef de l'ordre". Il n'est pas le représentant du GM, il est le chef/animateur d'une loge maçonnique (en capacité initiatiatique et non pas en répétition de
simulacres).
La première condition est donc la proclamation par la loge de sa souveraineté de loge reconquise.
La seconde condition est que le VM, se conduise comme le garant de cette souveraineté en faisant taire les tentatives de parasitage obédientielles.
Raminagrobis



Indiana Jones 10/10/2011 20:59


BAF,
Mon fouet ne fait que dans le chirurgical.
Maintenant c'est un coup de tracto-bull pour nettoyer les écuries d'Augias.
Le copié-collé, et je suis parfaitement en accord avec Raminagrobis, cela ne marchera jamais.
Ah si l'on pouvait ré-écrire l'histoire !....
Indiana Jones


Myosotis de Septimanie 10/10/2011 21:31



Ne réécrivons surtout pas. Personne ne pourra s'entendre pour écrire d'une seule main.
Retournons à la source ... Ensuite, serainement, nous adapterons dans le respect des principes retrouvés et incontournables.



Christian Hyerlé 10/10/2011 19:07


Mon T.C.F.Raminagrobis,
D'accord avec toi,
J'ai transmis les éléments suivants qui ont été ignorés.
TT.CC.FF., 10 suggestions pour rétablir des loges régulières et souveraines :
 Changer de nom, de sigle, de logo etc.…,
Qui se vanterait aujourd’hui d’être membre de la G.L.N.F. ?
L’état de déliquescence actuel nécessitera au moins une génération pour qu’elle retrouve une image conforme à l’identité qu’elle n’aurait pas dû perdre, et toute naissance naît d’une mort ; elle
doit s’accomplir, et comme la nature l’impose, dans la douleur.

 Etablir chaque loge comme souveraine, dans une fédération de loges,
L’unité dans la diversité, la diversité dans l’unité, pour que le un et le tout se conjuguent dans l’harmonie ; chaque loge est pleinement et exclusivement propriétaire des ses comptes bancaires de
capitations, et du tronc de la veuve.

 Etablir le V.M. comme tel, et seul installateur (ou passé V.M.) de son successeur,
Du père au fils, et de Hiram à la transmission des mots substitués, l’on voit que l’existence légitimée du V.M. ne peut véritablement s’établir que dans la transmission de celui qui le précède. La
transgression (par les mauvais compagnons) de cet acte a rompu la chaîne d’union des V.M. Il convient qu’elle soit rétablie. L’accès à l’Orient ne doit être permis qu’à l’orateur, au secrétaire en
plus du V.M. et de F.F. qu’il décide, seul, d’honorer.

 Supprimer les groupuscules occultes, types : conseil des anciens, ou ne leur permettre que des suggestions collectives pour la loge,
L’attribution occulte des offices constitue un support de manipulation non transparent et moralement inacceptable puisque les personnes concernées ne sont pas présentes, en plus d’être une
disposition indiscutablement arbitraire et sectaire. Et de façon générale pour l’obédience, réformer le mode d’attribution de tous les postes à responsabilités.

 Attribuer les offices prioritairement par ancienneté, sauf manque d’assiduité ou de travaux ésotériques ou autres exceptions justifiables et justifiées,
Comme pour toutes récompenses ou punitions il s’agit de définir et faire connaître un cadre ferme, et souple, afin qu’il soit mutuellement accepté et ne prête pas à accusation d’injustice.
Nos jeunes sont porteurs de demain, pas d’aujourd’hui. Qu’ils apprennent la conviction de servir, la détermination pour servir, et surtout, la patience pour servir, dans l’assurance que l’Ordre
sera respecté. Et à celui qui fait le passage d’hier à demain, qu’il lui soit donné, dans la joie, et l’humilité de servir, sans se servir, ni s’asservir, aujourd’hui.

 Fixer enfin aux niveaux provinces et national la frontière entre civil-profane et régularité- ordre,
La confusion du monde matériel et du monde immatériel a mené au chaos. L’obscurité domine la lumière. C’est une bataille qui est perdue, pas la guerre.
L’univers est en expansion-évolution, l’Etre aussi, vers un idéal de paix, d’amour et de fraternité.
 Attribuer les responsabilités qui y correspondent en fonction des compétences acquises, et non en fonction de préférences personnelles ou d’allégeances au service d’enjeux métalliques,
Les corruptions :
De la tête : par des idées fausses ou perverties,
Du cœur : par l’utilisation manipulatrice et abusive du lien d’appartenance et des récompenses au service des egos,
Du corps : enjeux matériels-métalliques,
ne doivent pas exister en maçonnerie.

 Supprimer les titres qui y correspondent,
R.F., T.R.F., … Et Les saluts par 3, 5, 7, 11.
Cette différenciation en plus d’être ridicule, établit une supériorité et infériorité qui sont antinomiques d’un véritable humanisme et d’une quête authentique d’évolution morale et intellectuelle
de l’humanité. Il suffit d’exprimer : VM. , Mes T.C.F. et MON T.C.F. suivi éventuellement de la fonction.

 Constituer une commission ‘’éthique maçonnique’’ composée de cinq sages n’ayant que ce seul enjeu maçonnique, avec seul pouvoir d’avis communiqués à tous les F.F.
La nécessité d’un contrôle permanent de l’exercice du pouvoir est plus que démontrée par les 19 mois (et les 15 ans) qui se sont écoulés. L’exercice d’un pouvoir autocratique, avec ses dérives
sectaires, n’aurait jamais dû apparaître – même pas embryonnaire – dans notre obédience. Ce comité constitué sur la base de la véritable libération des métaux pour chacun de ses membres, devra être
totalement indépendant des structures en exercice.

 Affirmer la prérogative de la loi républicaine sur l’obédience maçonnique,
Tout véritable maçon souhaite sacraliser sa vie profane en conformité avec l’Ordre, pour autant il n’est pas contraint à une naïveté qui lui ferait confondre les deux. Ainsi, certains frères ont
autorité sur d’autres en loges, en réunions maçonniques et St Jean, et ce doit être librement consenti.
En dehors de ces circonstances, ils sont citoyens comme les autres et n’ont aucune espèce d’autorité particulière que ce soit sur le plan civil, sociétal, moral ou même maçonnique, sauf atteinte
caractérisée et prouvée à la F.M. ou infractions aux lois.
Et ceci quelques soient leurs grades ou leur ancienneté. D’ailleurs l’ancienneté ou les grades ne démontrent pas toujours une sagesse acquise (voir pas du tout !). Chaque frère a cependant la
possibilité et la responsabilité d’une attitude compatissante d’écoute et de conseil qui est l’exercice de son devoir de fraternité.

Christian Hyerlé, le 13 septembre 6011
Loge ‘’Fleur de Lumière n° 1110’’ mle 58655
Tribiz à tous myosotis...


Raminagrobis 10/10/2011 21:28



En somme, le retour aux principes fondateurs, qui eux-mêmes consacrent les landmarks traditionnels.
La structure existe, c'est la GLNF selon ses statuts non abrogés de 1986.
La GLNF actuelle seule, est une structure honteuse et contre initiatique. Or c'est une usurpatrice.
Chassons là, cela ne dépend que des loges, pas des chefs meneurs, auto proclamés de l'opposition, dont la plupart furent les suppôts de l'accaparement de 1997.



Thomas 10/10/2011 17:17


La révolution « sociale-stifanienne »
Notre « Leader Maximo »a initié (sic) une véritable révolution sociale au sein de notre ancienne et conservatrice institution.
Il a permit de « crever le plafond de verre », ainsi l’avalanche de « tabliers bleus » que lui et ses « commandantes » distribuent généreusement permet l’ascension « social-maçonnique » d’une
nouvelle génération d’encadrants. Plus besoin d’avoir « patienté » pendant 20 ans de « carrière » après de multiples vénéralats pour accéder aux « châteaux provinciaux».
Et les DRH de l’obédience son beaucoup moins regardant sur la « surface sociale » des candidats (je me souviens il y a quelques années d’un Frère peu assidu de ma loge ,brave homme au demeurant,
qui reçut un magnifique tablier bleu par le seul fait de son accession au poste de bâtonnier des avocats de la ville…….).
Aujourd’hui, c’est l’application des théorie de Pareto sur la rotation des élites, OYEZ OYEZ Frères de toutes conditions devenaient OP, une seule condition accepter de devenir des « militants » du
Parti Stifanien.
Certains « enthousiasmés » par ces perspectives inespérés de promotion , deviennent particulièrement zélés, ils dressent des « listes » d’opposants, ils instrumentalisent les plus jeunes frères,
sèment des « mines » dans les rangs des rebelles, récitent « pieusement » le catéchisme « stifanien » .
Nous avons a faire à d’authentiques « commissaires politiques », que c’est grisant d’être propulsé dans les « honneurs » et le « pouvoir » surtout quand on a une vie profane triste et sans
reliefs.
En fait nous nous méprenons, FS n’est pas un ultra conservateur , c’est un « spartakiste » …..
Vous me direz selon l’adage les « extrêmes » se rejoignent……


Raminagrobis 10/10/2011 21:22



Pour FS la cause est entendue ! Mais chez les membres de l'opposition, qu'en est-il de leurs intentions secrètes. Les GMP ralliés, d'où sortent-ils ? Que veulent-ils? Et pourquoi les loges les
suivent-elles comme des moutons, ce qui permet à certains meneurs de se glorifier du "nombre " de loges ralliées. Ralliées à un ancien cadre de la GLNF usurpatrice. Quelles que soient ses
capacités maçoniques, au nom de quoi faudrait-il le suivre ? Sinon, au nom de l'ancien ordre établi. En voilà un bel idéal maçonnique...



Benjamin 10/10/2011 17:15


Souhaitons du courage et de la clairvoyance à tous les esprits frappés d'endormissement et un bon réveil aux hypnotisés. Que la parole leur soit rendue et qu'ils la prennent en loge.
Gédéon...


Raminagrobis 10/10/2011 21:16



Rien de plus mais rien de moins