Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 décembre 2011 2 06 /12 /décembre /2011 16:23

En ces temps de tumulte et de manipulations propagandistes outrancières, le gentil J. M…t, nous suggère de revenir aux fondamentaux de la maçonnerie.

Pour cela il propose, après consultation de ses Conseils juridiques, sa réforme des institutions actuelles : « Les Assemblées Générales ordinaires et extraordinaires conformes aux statuts devront permettre de  trouver une gouvernance légitime et réviser rapidement,  selon nos Règles traditionnelles, nos Statuts et Règlements qui ont permis de telles dérives contre l’avis de dizaines de milliers de Frères qui veulent retrouver l’Harmonie originelle reconnue. »
L’intention est louable mais elle n’est pas nouvelle et il y a longtemps que nous savons tous que le problème ne se pose plus en ces termes.
C’est pourquoi nous posons en toute fraternité à J. M…t et « à ses Conseils » trois questions simples :

 

1) Quand et comment, en conformité avec « nos statuts actuels » J. M…t compte-t-il tenir les assemblées généreuses et justes, qu’il envisage ?

On suppose que c’est nécessairement après que FS et son SGC auront quitté le pouvoir. Alors quand ? Dans deux ans, dans sept ans ?
Chacun voit bien que la réunion de telles assemblées suppose qu’au préalable, la fonction de Grand Maître ait été retirée à FS par voie de justice.

Or sur ce point précis, aucune procédure n’a encore été lancée. Pire, nous savons que la justice, quand bien même y serait-elle favorable, est impuissante à contraindre l’association GLNF selon ses statuts actuels, à organiser de telles assemblées.
Alors, le rétablissement de la maçonnerie de tradition au sein de l’obédience actuelle, promis par l’ULRF et J. M…t, c’est pour quand ?

Ne cherchez pas, quelles que soient les espérances dont on nous berce, ce moment ne viendra jamais au sein de l’institution actuelle.

 

2) A supposer l’association obédientielle actuelle libérée de FS, comment J. M…t peut-il garantir que c’est lui qui aura la charge de mettre en œuvre les réformes qu’il propose, sachant qu’il n’est qu'un simple membre parmi les chefs de la coalition menée par le  FF J….t, composée, à la fois d’ancien GM Provinciaux porteurs de l’autorité frelatée de l’obédience actuelle, de l’incontournable C.S….r et de quelques suiveurs, tous partisans des méthodes de déstabilisation musclée et de la prise du pouvoir de l’obédience unitariste et pyramidale actuelle, (lire la liste des chefs de l’ULRF dans la supplique qui demandait récemment aux diverses représentations étrangères de ne pas venir à la tenue de G . Loge du 3 décembre 2011).

Étant donné que chaque composante de cette coalition hétéroclite va vouloir, en cas de victoire, assurer la suprématie de son camp, on voit bien par avance que J. M…t ne sera jamais en situation d’imposer à « ses partenaires » ses visions « réformatrices » (au demeurant très peu favorables à la souveraineté réelle des loges).

Gageons en effet, que si l’ULRF devait s’emparer par miracle du pouvoir, les réformes seront menées par d’autres composantes de la coalition, et il n’est un secret pour personne que les réformes susceptibles d’être proposées par les caciques qui dirigent l’ULRF, ne seront jamais que des faux semblants, le pouvoir obédientiel centralisé restant la règle. (Voir le projet d’obédience nouvelle de la Maison des maçons du Rite français)
(Je ne vous cache pas que nous avons de gros doutes sur la franche atmosphère de confiance qui règne au sein de l’équipe dirigeante de l'ULRF. N’ai je pas entendu récemment le responsable « visible » de l’ULRF de Septimanie, ancien AGMP de son état et grand pourvoyeur des quelques loges inféodées à sa personne, déclarer haut et fort : « les grands Maîtres provinciaux, nous les neutraliseront quand le moment sera venu ». Je vous avoue que cette assurance m’a stupéfié et je me suis dit que le « nous » en question est sûrement quelque force supérieure, particulièrement puissante. Et lorsque au surplus, j’ai appris que le même homme était chargé maintenant de propagander les troupes ULRF en Languedoc-Roussillon sur le thème de la loge souveraine, il m’est devenu évident que l’omniscience de l’intéressé n'avait pas de limites.(Du moins le croit-il sincèrement)

 

3) A supposer que FS soit débarqué de ses fonctions de GM ; à supposer que des élections ouvertes permettent une prise du pouvoir de la GLNF statutaire actuelle ; à supposer que J. M…t soit installé dans la fonction de GM ; à supposer qu’il soit en situation de proposer en assemblées générales ordinaire et extraordinaire une véritable restauration de la maçonnerie traditionnelle, comment compte-t-il s’y prendre pour faire respecter le Landmark de la véritable loge souveraine et pour reconstituer une obédience traditionnelle formée, non pas de membres individuels, mais de loges souveraines ?

Rappelons que l’obédience actuelle est une fausse obédience, dont la forme associative de membres individuels tous regroupés dans une unique « Grande loge », est intrinsèquement incompatible avec la notion de loge souveraine et donc de restauration de la maçonnerie traditionnelle.

Va-t-il dissoudre l’association de personnes individuelles actuelles qu’il aura eu tant de mal à conquérir afin de rétablir l’association de loges qui avait cours en 1986 ? Mais dans ce cas, pourquoi ne pas le réaliser immédiatement, sans passer par la conquête impossible de l'obédience frelatée qui nous gouverne ?

En fait, (et cela vaut aussi bien pour les juridictions de rites, que pour les GM provinciaux, que pour C.S. et FMR), aucun d’eux n’est désireux de revenir à la véritable souveraineté principielle des loges. Chacun veut conserver, directement ou indirectement une mainmise sur les loges. C’est pour cela qu’ils tentent désespérément de s’emparer de la GLNF actuelle, car sa forme centralisée leur offre la possibilité d’occuper le pouvoir de domination et de retrouver les prérogatives hiérarchiques d’antan.

Conclusion :

Le choix est aujourd’hui entre les perspectives illusoires proposés par l’ULRF et la solution immédiate, pragmatique et radicale, que proposent les loges souveraines de la GLNF rétablie.
Avec cette solution, aucune arrière pensée, ni aucune domination de techniciens providentiels n’est envisageable. La reprise de souveraineté est immédiate et réintègre de plein droit la loge souveraine comme organe de décision dans l’obédience GLNF des loges.

De ce fait, ce sont ces loges souveraines qui seules auront pouvoir de reconstituer les organes de cette obédience.

Il faut donc être très vigilants !

Les loges souveraines de la GLNF, à l’opposé des loges sauvages, sont très précisément soumises aux statuts de 1986 et à la véritable obédience GLNF des loges, rétablie dans le droit fil de la maçonnerie traditionnelle des fondateurs. (Il n’est donc pas nécessaire de créer un obédience et de la légitimer par une filiation continue)
Elles s’inscrivent dans la pure continuité traditionnelle des loges souveraines et initiatiques des fondateurs de la GLNF et elles ne sont soumises à aucun chef, ni à aucune juridiction de rite. Elles n’obéissent qu’à la Constitution et au Règlement de 1986.
Cela constitue une différence totale et absolue avec l’ULRF qui propose des loges prétendument souveraines, mais qui sont en fait, constituées sous le contrôle des juridictions des rites, en attendant une éventuelle création d’une future obédience de rite (ce qui ne sera pas chose facile), ou bien d’une obédience GLNF bis, dirigée par A. J…..t, et/ou la douzaine de GMP, et/ou par FMR et C. S….r. (Ce qui ne sera pas facile non plus)

Dans l’immédiat l’ULRF se félicite d’avoir réussi par des moyens somme toute assez peu glorieux, la déstabilisation de la Tenue lamentable de Grande Loge du 3 décembre dernier. (Rien n’a bougé depuis, mais tout s’est radicalisé).

Sauf qu’au-delà des récupérations de propagande profane, les loges en attente ne sympathisent pas pour autant avec l’opposition ULRF. Elles constatent que l’horizon est bouché et que l’affrontement et le tumulte s’accroissent.

D’un côte l’épuration va devenir plus féroce et de l’autre, l’ULRF, devant la forteresse de Pisan, continuera à hurler en vain son impuissance rageuse.

Une chose est sûre en tout cas. La GLUA va tirer les conséquences du « French bordel » qui continue et ce ne sera ni en faveur de FS, ni en faveur de l’opposition ULRF.
Les loges indécises sont plus que jamais dans l’impossibilité de choisir entre les méthodes pratiquées par le pouvoir actuel et celles des diverses oppositions de l’ULRF qui ne proposent en fait que la substitution de leur propre hégémonie à celle de l’équipe actuelle.

Entre ces deux propositions, aussi dominatrices et contre initiatiques l’une que l’autre, seules les loges souveraines de la GLNF, rétablies selon les statuts de 1986,  se tiennent à l’écart de la foire d’empoigne dégradante actuelle, en offrant aux loges indécises de ne pas être prises en otage par l’un ou l’autre camp et donc de retrouver immédiatement les conditions traditionnelles d’exercice de la maçonnerie apaisée qu’elles étaient venues chercher à la GLNF.

Communiqué pratique :

La « GLNF des loges souveraines » ne dit pas aux loges « suivez moi, je suis le chef et je vais vous prendre en main et régler les difficultés à votre place », mais elle leur demande de prendre elles-mêmes leur destin en main.

Une telle démarche de souveraineté suppose des loges majoritairement constituées de véritables initiés, ce qui est rarement le cas en l’état de déliquescence maçonnique de la GLNF et de l’enseignement prodigué par l’encadrement dirigeant de la GLNF actuelle.

Il appartient donc aux maçons qui ont compris l’efficacité pragmatique et immédiate de la démarche GLNF86 des loges souveraines, mais qui ne sont pas en nombre ou en circonstance pour obtenir l’assentiment global de leur loge, de se rassembler dans de nouvelles loges qu’ils créeront entre eux dans chaque Orient, ou de nous rejoindre, à l’Orient du Myosotis de Septimanie, en attendant la jonction que nous allons établir avec d’autres Myosotis non inféodés à FMR.

  • Que ceux que cela intéresse, prennent contact avec notre site.
  • Nous allons également organiser une conférence d’information courant janvier.
  • Enfin votre FF RAMINAGROBIS, reste à votre disposition si vous souhaitez connaître les fondements, les clés et la méthodologie de mise en place immédiate de l’obédience GLNF des Loges souveraines.

RAMINAGROBIS

Partager cet article

Repost 0
Published by Raminagrobis
commenter cet article

commentaires

GARGOUILLE 11/12/2011 07:59

@Raminagrobis,
Les statuts de 1986 sont probablement la solution à une vraie Maçonnerie de Tradition qui remplacerait convenablement le simulacre de maçonnerie de la glnf actuelle…
Ta solution n’est que partielle malgré tout. Laisser l’équipe en place sans autre forme de procès est tout aussi inacceptable. Les difficultés que tu invoques, sont bien réelles mais ne suffisent
pas pour absoudre ces voyous et les laisser fricoter comme ils le désirent !
Je suis quatre-vingt-sixard
Je suis ULR-Fard
Je doute de l’homogénéité de l’opposition et de la sincérité de certains
Mais bien avant de travailler peinardement dans ma petite Loge, je suis prêt à aller jusqu’au bout du bout et y mettre le temps qu’il faudra (et je ne suis pas seul !) pour nettoyer cette fosse à
M…e, quitte à en garder l’odeur comme on porte une médaille !
La FM mérite bien ce combat, crois-je même si l’issue est incertaine aujourd’hui. Les « souverainistes » nous rejoindront sans doute plus tard, sans s’être trop salis…
Je ne doute pas un instant de ta sincérité et tu es peut être dans le vrai. Il y a aussi nombre de loges qui ne font rien que d’attendre tout en maçonnant tranquillement sans trop se préoccuper du
reste. Toutes sont « pudiquement » anti-stif-et sa-clique mais attendent que d’autres fassent le sale boulot, car ces lâches de la FM ont pour excuses de se placer « au-dessus de la mêlée ». Ces
mêmes loges seront au RdV en toute candeur le jour de la rédemption (quel qu’il soit d’ailleurs !!!) : de vrais petit maçons, n’est ce pas mon cher Raminagrobis ?

Raminagrobis 11/12/2011 21:46



Le vrai combat pour la maçonnerie ne consiste pas à s'empare, par n'importe quel moyen, de la "fosse à m...e" dont tu parles.
L'on n'est pas un lâche, à ce stade du conflit et en l'état des forces en présence lorsqu'on refuse de jouer les forces supplétives au services des ambitions personnelles ou collectives des chefs
d'opposition ou des juridictions. Je n'oublie pas leurs réticences de départ et le fait que leur vocation fut très tardive.
Et puis on ne se bat pas pour le pouvoir, mais pour que les loges souveraines reprennent possession de la maçonnerie traditionnelle, conformément aux principes qui était ceux des fondateurs de la
GLNF que nous aimons.
Pour être légitime un combat doit être juste. Se battre pour le pouvoir n'est pas juste. Se battre pour la maçonnerie de tradition dont la GLNF des loges était porteuse est un combat juste. C'est
pour cela que nous ne transigerons jamais sur les objectifs.



jean moutet 10/12/2011 22:54

MTCF Raminagrobis

nous sommes nombreux à la GLDF à souhaiter la réussite de votre projet de la
" GLNF des Loges Souveraines" initié par Septimanie et Mont Gargan ... nous serions heureux de vous savoir maçonner Traditionnellement à nos côtés ... en espérant que vous aurez à coeur de mettre
fin à cet isolationnisme (historique) qui est une hérésie au regard de la fraternité universelle.

Que le Grand Architecte soit avec vous !!!

Raminagrobis 11/12/2011 21:32



Et avec vous !!!



l'atypique johannique 08/12/2011 10:22

Merci à toi BAF pour tes conseils de liberté et surtout de souveraineté des R.L. si tu peux me contacter pour pouvoir faire passer le message calmement à mes BB AA FF afin que nous puissions
prendre la décision de cette souveraineté sans contrainte et sollicitation de majestés diverses. Dont les manoeuvres de leurs personnes nous relayerons dans un nouvel univers de "DALLAS"
malheureusement car l'homme est et restera l'homme. Voir aussi la femme, ne l'oublions pas. Démonstration nous est faite; car si elle est l'avenir de l'homme, par certains exemple préférons devenir
tels nos chers cagouilles. Merci pour tes analyses et avis sur la situation.

Raminagrobis 08/12/2011 17:39



Dès que tu auras réuni un groupe "interessé", reviens vers nous avec tes coordonnées.



PM 08/12/2011 02:23

Tres Cher Raminagrobis,
Sans polémique aucune, mais juste partager une divergence de compréhension concernant ce qu'est une loge. Ceci peut avoir de grave conséquence pour la suite...
Donc, comment consider les 4 loges anglaises qui ont formé la Grande Loge de Londres, puisqu'elle n'étaient justement pas constitué sous une obédience ?
Je ne parle même pas de Mary's Chapel ...
N'y a t-il donc pas un exercice délicat à dire "Cette notion renvoit pour nous au fait que la loge en question n'est pas constituée sous une obédience. Quant à savoir si elle est constituée de
vrais ou de faux maçons, cela n'a pas de sens car alors il ne s'agit même pas d'une loge."
Cela au contraire a beaucoup de sens que l'histoire a démontré, oualors il va falloir reconnaitre que ce n'était elle non plus des loges avec des vrais maçons...
Je ne veux pas polémiquer il faut etre prudent en ce moement), je veux juste bien comprendre votre raisonement ... et il est important de partager nos points de vues pour se comprendre ...

Raminagrobis 08/12/2011 17:34



Il semblerait que l'équivoque tienne à la reconaissance de la réalité d'une loge maçonnique.
Depuis l'origine, la maçonnerie traditionnelle se définit comme la transmission d'une spiritualité par des MM maçons initiés avec le support d'un rituel qui fixe les conditions de création et de
fonctionnement d'une loge souveraine.
Ces loges n'ont aucun besoin des obédiences pour fonctionner. Ceci étant, la notion de loge n'étant pas protégée juridiquement, personne ne peut empêcher un groupe d'homme de se réunir, de se
déclarer maçons et de prétendre constituer une loge.
Dès lors, une loge non rattachée à une obédience (Tout à fait d'accord pour reconnaître que les obédiences sont des constructions maçonniques tardives émanant d'un regroupement de loges) est
évidemment souveraine. Est-elle une loge qui fonctionne selon les exigences de la maçonnerie traditionnelle pour pouvoir revendiquer l'appellation de loge maçonnique régulière ? C'est
une autre question.
Mais, une loge souveraine peut être soit "sauvage" soit régulièrement reconnue, selon qu'elle se place (se constitue) ou non, sous l'égide, sous l'obédience, sous la juridiction ou sous les
auspices, d'une obédience régulière, qui n'a pas d'autre vocation que celle de labelliser la loge souveraine comme loge régulière, en contrôlant sa conformité lors de sa constitution sous
l'obédience, et en vérifiant que son fonctionnement et son recrutement, s'effectuent dans le respect des principes traditionnels de la maçonnerie (landmarks, anciens devoir, règle
en douze points)
L'obédience n'exerce en aucun cas un pouvoir de commandement, mais un contrôle de conformité aux lois traditionnelles de la maçonnerie inititatique ou Ordre maçonnique universel. Elle ne peut
sanctionner à priori que les loges en leur retirant leur patente (label de régularité) après constatation du non respect des Lanfmarks. Il s'agit là de sanctions disciplinaires ou déontologiques
après une procèdure en bonne et due forme.
Le propos de la GLNF des loges souveraines selon la Constitution de 1915 et du Règlement général de 1986, n'est donc pas de contester la souveraineté des loges libres, qui leur est acquise de
plein droit même sans "Constitution sous les auspice de...", mais de dire qu'une loge est "sauvage" dès lors qu'elle n'est pas "labellisée" par une obédience règulière. (Sachant au surplus que
les obédiences ne sont considérées traditionnellement comme régulières qu'en fonction des landmarks traditionnels que les loges qui les constituent ont choisi de respecter.



PM 07/12/2011 17:55

En complément... nous nous sommes constitués en Loge Libre et en sommes les plus heureux ... et pret a partager l'expérience aussi !

Raminagrobis 07/12/2011 19:27



Aucun problème si vous acceptez de vous constituer sous l'obédience gLNF selon ses statuts de 1986.
Dans ce cas, faites nous parvenir vos coordonnées en même temps que votre déclaration.