Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 janvier 2012 3 04 /01 /janvier /2012 12:27

Le Cistercien nous écrit :

« FF
J'entends les remarques concernant l'ULRF
Mais en restant en dehors de cette Union vous n'orienter pas le débat interne. Que faire ? 1986 ? Ne pas s'isoler. Ne pas se diviser après tous ces mois de lutte.
Pour ma part si la réforme issue du livre blanc ne va pas assez loin à mon goût, je démissionnerai. »

Réponse de Raminagrobis :

« Tu démissionneras… » Certes, et entre temps tu auras perdu ton temps et participé à la confusion généralisée d’une certaine opposition, alors qu’il est des solutions pertinentes et d’application immédiate, qui ne demandent qu’un peu de lucidité.

« Orienter le débat interne… », à l’ULRF.

Le débat véritable au sein de la GLNF n'est pas interne à la forme d'opposition partisane que représente l'ULRF. (Dieu merci, cette dernière n'est pas, à elle seule, toute l'opposition !)

Nous avons depuis toujours considéré (et je crois, argumenté clairement) que le clivage au sein de la GLNF est très différent du dualisme sommaire dans lequel FMR et l'ULRF voudraient nous enfermer, entre partisans et opposants de la personne de FS.
Le vrai clivage, (nous l’avons écrit dès le début) se situe entre la maçonnerie initiatique, uniquement possible au sein des Loges souveraines respectueuses des Landmarks, et la maçonnerie d'obédience, qui n'est et ne sera jamais, qu'un simulacre de maçonnerie distribué au travers de loges instrumentalisées par une obédience dominatrice (quels qu'en soient les dirigeants, quelles que soient les qualités spirituelles des intéressés et quelles que soient les formes de cette domination. Une domination dite « spirituelle descendante » par les rites, par exemple, n’est pas plus acceptable qu’une autre)
Toute maçonnerie d'obédience, serait-elle celle des juridictions de rites, viole les Landmarks fondamentaux sans lesquels il n'y a pas de maçonnerie initiatique traditionnelle possible.
Cette remarque irrite très fortement certains membres de la hiérarchie des hauts grades qui, s'estimant détenteurs de l'essence spirituelle de la maçonnerie, envisagent pour cette raison de créer au sein de l’ULRF, une Fédération de Rites.

Or les Juridictions de Rites ne peuvent prétendre qu'à la conservation du Rite. Aucune d’entre elles ne peut prétendre posséder l’exclusivité de l’influence spirituelle, dont le Rite n’est que le support, ne serait-ce que parce qu'elles sont nombreuses à se concurrencer autour de cette prétention d’exclusivité.
Répétons-le : Par nature, l'Influence spirituelle de la Maçonnerie n'est pas susceptible d'appropriation par quelque organisation que ce soit, sachant qu’elle ne se manifeste que selon ses lois propres, dans le cadre et selon les formes traditionnelles et mystériques immémoriales, dont l’Ordre maçonnique universel est le seul conservatoire.
C'est la leçon suprême que nous délivre la maçonnerie elle-même, singulièrement au 3ème degré, dont les hauts grades, de l’avis de nombreux pratiquants honnêtes, ne sont que l'ampliation.
Difficile de dire si de nombreuses loges ont atteint le degré de conscience susceptible de les faire participer à cette forme de maçonnerie que permet dès à présent l’obédience « GLNF des loges souveraines » selon ses statuts fondateurs d’avant le dévoiement et l’usurpation de 1997.
Mais nous savons, que de nombreux maçons partagent cette idée simple, selon laquelle une maçonnerie qui n’est pas « réellement » initiatique, dégénère nécessairement en une parodie grotesque et donc en un avilissement de l’homme, sans parler de la perte de temps et d’argent, que cela représente pour tous ceux qui se laissent prendre aux pièges très contemporains des illusions mercantilistes (La spiritualité maçonnique pourrait s’acheter bourgeoisement) ou des prétentions pseudo académiques. (La maçonnerie appartiendrait exclusivement à ceux qui en sont les conservateurs, cooptés et élevés selon un système de consanguinité narcissique, comme c’était le cas, par exemple, au Kremlin et comme c’est toujours le cas dans de nombreuses institutions fossilisées)

RAMINAGROBIS

Partager cet article

Repost 0
Published by Raminagrobis
commenter cet article

commentaires

GARGOUILLE 06/01/2012 07:43

D’une Loge, il est dit : « Trois la dirigent, Cinq l’éclairent, Neuf* la rendent juste et parfaite. » (* Et non pas sept comme il est souvent répété)
La Loge est souveraine parce qu’elle vit selon une Règle Initiatique. Elle crée un Vénérable pour qu’il fasse exister une hiérarchie de devoirs et de fonctions. Les autres types de hiérarchies, du
genre obédiences, ne s’occupent ni d’initiation ni de devoirs. Les Loges qui ont perdu leur exigences de souveraineté sont déjà mortes et ne se différencient plus d’une quelconque association
profane ; celles qui acceptent des compromissions avec les administrations maçonniques, changeant par exemple de Vénérable pour s’incliner devant une réglementation absurde imposée par l’obédience,
s’excluent elles-mêmes de la Tradition et perdent le droit de s’appeler Loge.
La Loge est souveraine : telle est la clé magique de la Franc-maçonnerie Initiatique. Cette souveraineté ne se partage pas, ne se compromet pas. Encore faut-il, bien entendu, que la Loge existe
réellement ; tel est bien le problème. Si les obédiences et leurs administrations ont pris une telle expansion c’est parce que les loges ont perdu leur authenticité en raison de leurs insuffisances
et de leur médiocrité.
Les obédiences existent. Les loges se sont vidées de leur substance. Si les quelques Vénérables et Chambres du Milieu encore conscients de leurs devoirs désirent faire vivre l’Initiation au sein de
la franc-maçonnerie, hésitations et frilosités ne leur sont plus permises. La souveraineté de la loge est la condition impérative de sa survie.

Raminagrobis 06/01/2012 13:13



Voir article suivant de Raminagrobis: "La condition fondamentale..."



joaben 05/01/2012 14:21

Cher Raminagrobis.
J'ai relu une partie de ton argumentaire et les statuts 86 et j'aurais besoin de quelques eclaircissements :

- Sur la base de quels articles 86 vois-tu énoncé clairement la souveraineté de loges. Je ne vois pas pour ma part de différence majeure sur ce point avec les statuts 97. Je lis ta position
véhémente, mais peux-tu préciser par comparaison précise où ca diffère nettement !

Par exemple, je lis que dans les statuts 86, la création d'une loge doit être demandée au GM qui attibue une charte.
Je lis aussi obligation de rapports financiers. Je n'y lis pas d'autonomie associative ni financière.

Je comprend ton argumentation dans l'esprit général : "des freres à rattacher aux loges et non pas à la GLNF" mais ca reste tres flou sur en quoi 86 y repond et pas 97.
Par exemple : article 33 toute loge doit être constituée par le Grand Maitre Provincial ... article 34 : toute loge sans cahrte doit suspendre ses travaux, art. 42 : le reglement interieur envoyé
au GSP art 67 : "F démissionnaire de la GLNF"

Mais j'ai dû lire trop rapidement. tu peux m'éclairer par des exemple précis ?

Le cistercien 05/01/2012 12:39

FF ,Raminagobis

J'ai peur que nous soyons d'accord sur tout avec Raminagrobis sauf sur un point.
La table autour de laquelle il faut nous assoir.
La GLNF des loges souveraines...Nous souhaitons tous cela!
La séparation du spirituel et du temporel ,pour éviter qu'à l'avenir les mêmes causes produisent les mêmes effets dévastateurs et contre initiatiques que ceux que nous avons connus...Nous
souhaitons tous cela.
Le retour de l'humilité à commencer par celle de ne pas croire qu'une seule obédience détiendrait la vérité de la tradition initiatique et de sa transmission. Aussi.
Le travail à réaliser reste énorme...
L'ULRF proposera une solution ,peut être pas très bonne ...Mais proposera. J'ose y croire...
Par exemple concrètement ,il se trouve qu'une majorité de FF tiennent à conserver à la fois régularité et reconnaissance.Et bien, l'idée d'une "holding " réunissant les juridictions n'apparaît plus
alors seulement comme une cause de guerre des rites ,ni spécifiquement comme une main mise des hauts grades sur la maçonnerie bleue,mais comme un moyen de concilier les volontés de chacun...
Pour rester concret et en terme de proposition ,sans se crêper le chignon, on peut aussi imaginer que la présidence tournante (Par rite) ne conduirait pas à la guerre dès lors qu' elle serait
instaurée automatiquement et indépendamment du nombre de loges par rite...Il s'agit de discuter des conditions profanes à mettre en place pour justement pouvoir vivre la maçonnerie "pure" à
laquelle nous sommes tous attachés. Que le sacré puise s'exprimer sans être pollué par tel ou tel "chef" autoproclamé gardien d'un ordre qu'il finit par s'attribuer.
1986 dis tu? Je n'étais pas encore maçon à cette époque ...Ce que je sais c'est que 1986 n'a pas empêché la suite...!!
Nous sommes un certain nombre à l'ULRF à vouloir une vraie réforme tout en respectant la REGULARITE.
Loges souveraines dis tu? Seule la fédération des loges libres et souveraines France peut garantir la souveraineté...Mais à quel prix? La régularité est elle toujours préservée? Je ne le crois pas.
L'universalité du coeur et de la quête des FF ,oui par contre.

Nous sommes dans une phase de notre maçonnerie, ténébreuse et cependant porteuse de Lumière. Nous avons a vaincre un mal nécessaire. Unissons nous derrière la même table. Je voudrais terminer en
précisant que pour moi il ne s'agit pas (Plus) du problème FS. Pour moi et dans l'esprit de nombreux FF il est déjà parti. Nous l'avons exclu de nos pensées,licencié,viré,oublié. (Même si
concrètement il est toujours à la barre d'un vaisseau fantôme)
Donc cessez de dire que le projet de l'opposition est de virer FS . C'est fait.
Il faut construire. La difficulté du moment est de réunir et d'accepter les forces d'opposition en présence et en ce qui me concerne ,je peux partager ton appréhension ,le groupe des quinze ne
m'inspire aucune confiance. Ne pas reconstruire avec des hommes différents, mais aussi avides de pouvoir que les précédents ,la pyramides de vassaux qui nous a amené au naufrage!

Le cistercien Frat.