Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 avril 2013 7 07 /04 /avril /2013 14:16

« Euclide » écrit en réaction au précédent article  CLUBISME ET HAUTE PORTÉE INITIATIQUE DE LA MAÇONNERIE      :

«Tu as raison de dire que la maçonnerie est initiatique. Mais elle n'est pas que cela. Si certains viennent pour la fraternité, la rencontre, les copains ou bien pour "les Lumières", pour l'esprit de progrès ou pour l'humanisme, où est le mal ? »

Mon cher Euclide,

On pourrait aussi ajouter : « ... pour s'instruire, pour philosopher, pour se doter d’une spiritualité ... pour voir des gens, se faire des relations, » bref, … plein de choses mondaines qui ne sont pas totalement inutiles mais qui ne sont en rien maçonniques, la maçonnerie étant située précisément au-delà de tout ça. (Ce qui ne veut pas dire « étrangère » à cela)

Personne ne dit que le clubisme est malsain par nature.

Il a même une certaine utilité. Après tout, ceux qui viennent pour les raisons que tu évoques étoffent les effectifs et contribuent ainsi à une plus grande prospérité matérielle des obédiences, permettant ainsi à la maçonnerie initiatique de survivre. Certains en effet ne sont pas loin de penser, (à mon avis à tort), que la maçonnerie initiatique ne serait pas "économiquement" viable dans son exigence de pureté originelle.

Et puis aussi, n’avons-nous pas constaté parfois que certains, venus au départ pour des raisons diverses, finissent par rencontrer la maçonnerie initiatique et trouvent à cette occasion le chemin de l’initiation.

Encore faut-il que l'initiation véritable reste possible de façon « effective », (autrement que sous forme de simulacre), dans un environnement de Loge clubiste ? Car sinon l’on se heurte à une impossibilité intrinsèque.

En réalité, le mal n'est pas dans le clubisme en soi, qui existe par ailleurs et qui permet à sa manière des activités diverses et variées (philanthropiques ou politiques) qui ne sont pas à priori inutiles.

Le "mal" est en réalité dans la confusion des genres.
En effet, une maçonnerie qui n’est pas initiatique, n'est tout simplement pas "régulière". Elle est donc « ineffective ». (Attention, la « régularité » est un qualificatif fourre-tout, manipulé par les obédiences, toujours en déficit de reconnaissance, d’estime et de vertu. Vous noterez que ces dernières recherchent la "régularité" dans l’ « extériorité » du monde maçonnique alors qu'il s'agit d'une exigence intérieure liée à la nature traditionnelle et intemporelle de l’initiation maçonnique.)

La raison de l’inefficience de la maçonnerie clubiste est simplissime !

On a noté (voir article précédemment cité : CLUBISME, INITIATION, ET MAUVAIS COMPAGNONS      ) que la maçonnerie initiatique suppose une « foi » dans la vertu opérative de l'initiation traditionnelle, ladite « foi » exigeant consubstantiellement,  une « confiance » initiatique.

Or en maçonnerie, cette « confiance » repose uniquement sur la capacité initiatique de la Loge et donc, sur celle des membres qui forment cette dernière.

Seule en effet une Loge initiatique peut transmettre l'initiation véritable, quelle que soit l’obédience « labellisante ». (La « constitution d’une Loge sous l’obédience de…», ne garantit en effet la confiance initiatique que pour autant que l’obédience attributive du label "constitutif", inspire elle-même une confiance incontestable sur le plan initiatique)

Dès lors, (c'est en tout cas ce que mon expérience m'a permis de constater), une Loge qui ne peut pas donner "son dû" initiatique à ses membres, tourne en rond très vite en faisant énormément de mal à la maçonnerie.

Non seulement elle perd ses effectifs, puisque la maçonnerie clubiste de petits soldats apparait rapidement sans intérêt (y compris avec ses ingrédients d’ascenseur hiérarchique ou sa course aux degrés dits "supérieurs"), mais de plus, elle fait perdre confiance en la maçonnerie en général, puisque les faux maçons venus en « touristes », repartent, comme ils sont venus, répandre dans la nature, l’ignorance initiatique et la vanité dans laquelle ils ont baigné.

Comme on le voit, y compris d’un point de vue purement pragmatique (voire cynique), l’initiation véritable est indispensable à toute « réussite » obédientielle. Je renvoie ici à un texte ancien écrit en 2010 au tout début de la crise obédientielle de la GLNF, qui demeure d’actualité en ces temps de réforme : QUAND LA MAUVAISE MONNAIE CHASSE LA BONNE...      )   (On lira aussi, toujours écrit en mars 2012 en début de crise ouverte  On ne nous laisse pas le choix     

En somme, chacun doit le comprendre :

Dans le contexte actuel de surenchères, de débauchage et de racolage concurrentiel entre obédiences, les hommes avec lesquels la maçonnerie peut espérer bâtir un édifice durable en situation de perpétuer une maçonnerie initiatique dont nos contemporains ont plus besoin que jamais, ne peuvent être que des initiés véritables et en aucun cas des « gestionnaires habiles» ou des " diplomates aux bras longs "

Ces derniers, par nature, ne savent promouvoir qu’un clubisme éculé et donc, un clubisme sans avenir.

RAMINAGROBIS 

Partager cet article

Repost 0
Published by Raminagrobis
commenter cet article

commentaires

l'ancien 13011 14/04/2013 10:12

La maçonnerie à long terme apporte la connaissance, un coeur dilaté vers le bien et un équilibre de raisonnement. Pour moi c'est l'équilibre qui est important. Il est notre vecteur de
fonctionnement. Nous sommes de passage sur terre. Nous sommes issus d'un tout pour rejoindre un jour par la mort, la grande force créatrice du tout, définitivement. Marc Aurèle. C'est à dire, nous
sommes les fruits de l'Univers et comme les quatre saisons, nous disparaissons pour peut être mieux par la magie d'un grand, Créateur, renaître un jour par l'équilibre du Temps. Frat Raminigrobis
Claude galinier

Raminagrobis 16/04/2013 13:47



Mon cher Claude,
Donnons à notre maçonnerie les moyens de parvenir à celà !
Cela passe par la méthode initiatique traditionnelle et donc par le vecteur de la Loge régulière et de ses initiés authentiques.
Il faut donc que notre institution s'organise dans cette perspective en veillant à ne pas se laisser détourner par des considérations d'opportunité tacticienne, sans lendemain.


Bien fraternellement